Les fruits avec pépins ou noyaux
4.9 (97.14%) 21 vote[s]

Un fruit, c’est un peu de paradis retrouvé. Son aspect, sa couleur, sa forme, son odeur nous rendent heureux et avides de le goûter. Les fruits n’ont-ils pas été de tout temps la nourriture des dieux ? Ne symbolisent-ils pas l’amour et la séduction, la beauté et la sagesse ?

Au cours des dernières décennies, le marché s’est enrichi considérablement et, aujourd’hui, presque tous les fruits courants y sont présents toute l’année. Nous voyons sur les étalages des fruits exotiques dont nous ignorions l’existence il y a quelques années. Parallèlement à cette évolution, le consommateur s’est habitué à ne voir que des fruits calibrés, d’apparence parfaite et garantie par la législation commerciale.

Et pour que le choix ne lui pose pas de problème, l’arboriculture fruitière se concentre sur quelques variétés dûment sélectionnées. L’opulence de l’offre est mensongère, en ce qu’elle suggère une variété de fruits disparue depuis longtemps. Aujourd’hui, les monocultures fruitières sont de rigueur dans le monde entier, ce qui nuit à 1 équilibre naturel et menace la santé des arbres, les mettant à la merci des maladies et des insectes. Pour obtenir des fruits intacts et commercialisables, il faut parfois utiliser jusqu’à vingt produits chimiques…

Fruit rouge avec pepin

Un fruit, c’est un peu de paradis retrouvé. Son aspect, sa couleur, sa forme, son odeur nous rendent heureux et avides de le goûter. Les fruits n’ont-ils pas été de tout temps la nourriture des dieux ? Ne symbolisent-ils pas l’amour et la séduction, la beauté et la sagesse ? Alors munissez-vous d’un dénoyauteur de pomme rouge et goûter moi ce nectar des dieux.

 

Au cours des dernières décennies, le marché s’est enrichi considérablement et, aujourd’hui, presque tous les fruits courants y sont présents toute l’année. Nous voyons sur les étalages des fruits exotiques dont nous ignorions l’existence il y a quelques années. Parallèlement à cette évolution, le consommateur s’est habitué à ne voir que des fruits calibrés, d’apparence parfaite et garantie par la législation commerciale.

Et pour que le choix ne lui pose pas de problème, l’arboriculture fruitière se concentre sur quelques variétés dûment sélectionnées. L’opulence de l’offre est mensongère, en ce qu’elle suggère une variété de fruits disparue depuis longtemps. Aujourd’hui, les monocultures fruitières sont de rigueur dans le monde entier, ce qui nuit à 1 équilibre naturel et menace la santé des arbres, les mettant à la merci des maladies et des insectes. Pour obtenir des fruits intacts et commercialisables, il faut parfois utiliser jusqu’à vingt produits chimiques…

 De toute évidence, les fruits issus des vergers intensifs contiennent plus de résidus chimiques que de vitamines. Produire des fruits en agriculture biologique n’est pas une tâche aisée. Le cultivateur doit d’abord créer un nouvel équilibre naturel en plantant de nombreuses espèces et variétés de fruits, ainsi que des buissons et des arbres qui vont servir d’habitat aux animaux, oiseaux et insectes utiles. Seule l’action conjuguée des différents facteurs naturels garantit un fruit sain. Cueilli à terme, il est vraiment un mets digne des dieux et explose de vitamines, de sels minéraux et même d’oligo-éléments. Les fruits sont digestes, leurs glucides sont vite assimilés par l’organisme et leurs fibres ont des effets bienfaisants sur la santé.

Aujourd’hui, on trouve aussi des agrumes et des fruits exotiques issus de l’agriculture biologique. En Europe, ils poussent dans les régions tempérées et surtout méditerranéennes.

Les fruits à pépins

Les pommes, les poires et les coings constituent l’Espèce des fruits à pépins. Ces trois fruits appartiennent à la Famille des rosacées, originaire du pourtour de la mer Noire et de la mer Caspienne. Depuis les pommes et les poires ont conquis l’Europe et d’innombrables variétés ont fait leur apparition. Aujourd’hui, la production standardisée à l’extrême est basée sur le  rendement, la taille et la bonne conservation. Ils ont réussi à s’imposer, entre autres : la Golden Delicious originaire d’Amérique ainsi que sa variante rouge, la canadienne, la  Starking implantée partout, la cuvée dans de nombreux pays, et d’autres encore… Par chance, producteurs et consommateurs manifestent un regain d’intérêt pour d’anciennes variétés, quasi tombées dans l’oubli. Elles ont l’avantage d’être parfaitement adaptées à certaines conditions climatiques et géologiques régionales, et développent alors une saveur caractéristique. Les pépiniéristes bio offrent aujourd’hui presque 200 variétés de pommes, 80 de poires et au moins 6 variétés de coings, dont nous présentons ici une sélection. Les pommes et les poires offrent une grande valeur diététique, si toutefois elles n’ont pas été traitées aux pesticides et insecticides lors de la floraison, de la croissance et de la maturité, et aux hormones pour avancer la date de la récolte. On ne peut en effet les manger avec la peau qu’à ces conditions, car c’est justement dans  celle-ci que se trouvent la plupart des vitamines: provitamine A, vitamines B, vitamine C, de nombreux oligo-éléments et sels minéraux rares, des tanins et de la pectine. La pectine se trouve surtout dans la pelure de la pomme, mais aussi en grande quantité dans les  coings: elle constitue un gélifiant naturel. Elle possède aussi des vertus anti-diarrhéiques.

Quel fruit a 5 noyaux

Pour que les vitamines se développent, il est essentiel que les fruits soient cueillis mûrs, car c’est pendant le processus de maturation sur l’arbre que la totalité des éléments nutri­tifs apparaît. Des fruits cueillis trop tôt, à cause du transport ou pour des raisons de conservation, contiennent nettement moins de vitamines, et s’avèrent beaucoup moins aromatiques.

 Les poires mûres favorisent la croissance et renforcent le système nerveux en raison des vitamines B qu’elles contiennent. Grâce à leur teneur élevée en glucides et à leur acidité naturelle, moins prononcée que la pomme, les poires ont une saveur plus douce et peuvent servirent à de nombreuses recettes sans apport de sucre. Leur suc épais­si constitue lui-même un édulcorant naturel. Les coings n’ont pas seulement conquis l’Asie Mineure, mais aussi le bassin méditer­ranéen. Les anciens Grecs, qui les appelaient « pommes de Sidonie » d’après le nom de la ville crétoise, appréciaient énormément ces fruits jaunes et odorants. Les Romains parta­geaient cette prédilection. Le cognassier, qui se reproduit sans fécondation, est peu exi­geant et aime le soleil. Il se répandit jusque dans la péninsule ibérique. Au Nord, il attira l’attention de Charlemagne qui voulut ré­pandre sa culture.

Fruit exotique chair blanche points noirs

 Mais il ne fut jamais en vogue dans nos contrées. S’il est vrai que cer­taines variétés à peau tendre, où l’on peut mordre à belles dents, existent dans les pays chauds, les coings ont en général une peau et  une chair coriaces on ne peut les consommer que cuits. Grâce à leur arôme subtil, ils ont été utilisés de nombreuses façons : pour parfumer et épicer liqueurs et vins, ou, plus prosaïquement, les armoires à linge et les buffets… Enfin, ce fruit très riche en pectine est surtout idéal pour fabriquer des com­potes, des gelées et la célèbre pâte de coing.

Fruit avec noyau liste

Auratia

Variété hybride issue de cox orangée et de reinette, taille  moyenne, arôme subtil su­cré-acide bien équilibré ; à conserver jus­qu’en mars. Peau tendre vert-jaune virant au rouge avec des points couleur rouge

Cox Orange

Excellente pomme de table à l’arôme remarquable, consistance ferme et acidité harmonieuse ; peau légèrement rouge

Geheimrat Breuhahn

Pomme de table tardive, de forme légèrement conique ; couleur vert au jaune avec des flancs rouges et striés ; moyennement dure ; saveur sucrée, légèrement acidulée ; à conserver ag jusqu’en février-mars

Jonagold

Belle pomme jaune, souvent orange-rouge du côté du soleil. Très bon goût  épicé ; mûrit tôt, capacités de conservation étonnantes

Reinette de Bollwiller

Saveur agréable et douce mais peu intense, texture ferme, peau dure ; grandes différences de taille ; au cours de ia maturation passe du rouge vif au rouge foncé

Erwin Baur

Pomme jaune striée de rouge, de taille moyenne ou davantage, à conserver jus­qu’en janvier, février ; peau ferme mais non dure ; goût noble rappelant un bon vin ; à manger crue ou cuite

Reine des Reinettes

Excellente pomme de table de couleur jaune striée de rouge vif et foncé ; on peut  la récolter dès la mi-août dans le Midi

Kaiser Wilhelm

Pommier puissant, aux fruits jaune-vert puis jaune d’or, striés de rouge ; pomme souvent grosse et ferme, bien juteuse, arô­me moyen ; bonne conservation

Junon

Née d’un croisement entre tes Ontario et Londonpepping  elte en conjugue les goûts, mariant douceur et acidité ; grosse et plate, récoltée tard ; stocker jusqu’en mars-avril